Site Junior - Fondation Brigitte BardotTu désires nous écrire ?

Depuis vingt ans, la fondation Brigitte Bardot se bat :


Contre l’abandon

Tous les ans, plus de 100 000 animaux sont abandonnés dans notre pays. Beaucoup n’y survivent pas. La fondation aide les refuges et demande une réglementation plus stricte.

Contre la captivité

Ne faisons pas souffrir les animaux pour notre plaisir. Cirques, zoos et parcs d’attractions utilisant des animaux sont cruels ! Les animaux sauvages sont faits pour vivre dans la nature, pas derrière des barreaux ! Pour un meilleur traitement des animaux de boucherie
Élevage dans des hangars trop petit, transport stressant et méthodes d’abattage pas toujours réglementaires : il reste encore beaucoup à faire pour améliorer la vie des animaux d’élevage…

Contre la fourrure

35 millions d’animaux sont tués tous les ans pour leur fourrure ! Pièges cruels ou cages minuscules : un cauchemar !

Contre la chasse

Déterrage, piégeage, chasse à courre, gibier de lâcher… La fondation se bat pour l’interdiction des chasses les plus cruelles ou des chasses mettant en danger la survie de certaines espèces sauvages, mais aussi pour un renforcement des mesures de sécurité à l’encontre des chasseurs.

Contre les combats d’animaux

Au nom de la tradition, des spectacles aussi cruels que les combats de taureaux ou de coqs ont encore lieu dans notre pays ! La fondation demande une application stricte de la loi sans aucune exception.

Contre l’expérimentation animale

La fondation milite pour que cesse la torture des animaux dans les laboratoires alors qu’il existe désormais des méthodes fiables qui n’utilisent pas d’animaux.

Contre l'hippophagie

Chaque année 30 000 tonnes de viande de cheval continuent d’être consommées dans notre pays où l’on compte plus de 1 000 boucheries chevalines. La fondation se bat depuis 15 ans contre l’hippophagie (consommation de la viande de cheval), pratique héritée d’un autre âge. La fondation a créé le collectif "cheval : animal non comestible" soutenu par l’actrice Mathilde Seignier.

Retour à l'accueil